Ce à quoi on ne s’attend pas quand on attend un enfant

Ce à quoi on
ne s’attend pas quand
on attend un enfant

La grossesse est une période palpitante, remplie d’anticipation et de changements. Les malaises hémorroïdaires pendant la grossesse ou après l’accouchement sont l’un des changements auxquels vous ne vous attendiez peut-être pas. Curieusement, personne ne vous en a parlé à l’occasion de votre « baby shower ».

La grossesse est une période palpitante, remplie d’anticipation et de changements. Les malaises hémorroïdaires pendant la grossesse ou après l’accouchement sont l’un des changements auxquels vous ne vous attendiez peut-être pas.

Curieusement, personne ne vous en a parlé à l’occasion de votre « baby shower ».

On parle d’hémorroïdes symptomatiques lorsque les hémorroïdes – c’est-à-dire les vaisseaux sanguins présents dans les muscles de la paroi du rectum et de l’anus – sont enflées, dilatées ou enflammées. Il est bien connu que la grossesse cause ou déclenche des crises hémorroïdaires, ce qui entraîne des douleurs, des démangeaisons, de l’irritation, des brûlures et parfois un saignement. La grossesse peut causer des hémorroïdes symptomatiques pour diverses raisons. Pour commencer, l’hypertrophie de l’utérus d’une femme enceinte augmente la pression dans les veines hémorroïdales. Par ailleurs, l’apport sanguin augmente pendant la grossesse, ce qui accroît la pression dans les veines. De plus, les hormones de la femme enceinte ont généralement pour effet de détendre les muscles de soutien de la région ano-rectale à mesure que le bébé appuie davantage sur les veines sous-jacentes. Et puis n’oublions pas que la grossesse cause souvent de la constipation; il n’est donc pas étonnant que la grossesse puisse causer des hémorroïdes.

Rassurez-vous, les malaises hémorroïdaires liés à la grossesse ne sont pas seulement courants, ils peuvent être traités.

Comment maîtriser vos hémorroïdes

Vous pouvez essayer de prévenir les malaises dus aux hémorroïdes ou de réduire au minimum les crises en apportant de simples modifications à votre mode de vie :

Nettoyez délicatement la région
Utilisez les lingettes apaisantes Préparation H après l’accouchement pour nettoyer en douceur et apaiser la région irritée. Elles se glissent parfaitement dans votre sac à couches.

Buvez de l’eau
Boire beaucoup d’eau tous les jours peut aider à réduire le risque de constipation, à ramollir les selles et à faciliter leur évacuation, ce qui diminue d’autant le risque de crise.

Ayez une alimentation équilibrée riche en fibres
Après avoir consulté votre professionnel de la santé, adoptez une alimentation équilibrée et riche en fibres pour essayer de prévenir la constipation.

Faites de l’activité physique
Un peu d’activité physique peut faciliter la digestion et tonifier les muscles de soutien de la région anale et rectale ainsi que de l’abdomen. Si votre professionnel de la santé vous le permet, marchez ou faites d’autres activités non fatigantes.

Faites les exercices de Kegel
Les exercices de Kegel aident à renforcer le plancher pelvien et les muscles anaux et rectaux après l’accouchement. Cela peut faciliter la digestion et prévenir la constipation.

Écoutez votre corps
Le fait de vous retenir quand vous devez aller à la selle peut contribuer à la constipation chronique. Il est important de prévoir du temps pour aller aux toilettes.

Maintenez un poids santé
Le surpoids peut exercer plus de pression sur l’abdomen, ce qui augmente votre risque de malaises dus aux hémorroïdes. Essayez donc de maintenir le poids recommandé par votre professionnel de la santé.

Essayez de ne pas rester debout ou assis pendant longtemps
Le fait de rester assise ou debout peut exercer une pression sur le rectum et causer des malaises hémorroïdaires. Si vous êtes assise et allaitez pendant de longues périodes, essayez de changer de position; par exemple, allongez-vous ou asseyez-vous sur un coussin en forme d’anneau.

Consultez toujours votre professionnel de la santé avant d’entreprendre une diète ou un programme d’activité physique.